Fin Aout 2016 : Fini les vacances et le bikini !

Image de prévisualisation YouTube


Jean Marie Le Pen jouera la bataille des législatives !

Le Président d’honneur du FN et ses soutiens visent jusqu’à 150 circonscriptions aux prochaines législatives, principalement en Île-de-France et en PACA.

 

jean-marie_le_pen

 

C’est une nouvelle étape dans la guerre qui oppose Marine Le Pen à son père depuis plus d’un an. Le fondateur du FN compte créer un parti politique pour investir ses propres candidats aux prochaines élections législatives. Ils feront face aux candidats investis par le Front national.

La vengeance des exclus. Jean-Marie Le Pen a préparé son offensive pendant l’été. Durant les trois semaines de vacances qu’il a passées dans les Alpes-Maritimes, « le Menhir » a rencontré les exclus du FN, tous ses vieux amisdiscrètement écartés du parti ces derniers mois, et prêts à se venger. Ils seraient déjà une soixantaine, principalement en PACA et en île de France, où Jean-Marie Le Pen entretient ses principaux réseaux. En tout, ce sont 60 circonscriptions où les candidats officiels du FN affronteraient des amis de l’ancien leader.

Un « Front National Libre ». Cette bataille fratricide est prévue en juin prochain. D’ici là, Marine Le Pen essaiera-t-elle de calmer les ardeurs de son père ? Rien n’est moins sûr. Au siège du parti, on se moque ouvertement de ce projet, qui prend pourtant peu à peu forme. Selon des informations d’Europe 1, l’un des conseillers de Jean-Marie Le Pen vient de déposer officiellement deux nouvelles marques : « Front National Libre » et « Front National Français ». Ce pourrait être le nom du futur parti qui portera ses candidatures.

L’appel du vieux leader.  »J’avais indiqué il y a de nombreux mois que si le courant de valeurs nationales et patriotiques que j’ai incarné durant des décennies ne pouvait plus s’exprimer à l’intérieur du Front national, j’agirais à l’extérieur », a rappelé Jean-Marie Le Pen dans un « appel » publié jeudi sur son site internet.  »J’invite tous ceux qui partagent mes idées pour la France et les Français dans la fidélité et dans la loyauté à se mettre en rapport avec moi », ajoute le père de Marine Le Pen, âgé de 88 ans. Il lance notamment un appel à adhérer, sur le site jeanneausecours.com, aux Comités Jeanne qu’il a fondés.

Objectif à terme : être présent dans 150 circonscriptions, mais sans toucher au Vaucluse, le département de sa petite-fille, Marion, qu’il avait déjà épargné au moment des régionales.  »J’investirai des candidats aux élections législatives et ceci massivement, dans tout le pays, afin que la droite nationale sorte renforcée et rassemblée pour l’avenir, quel que soit le résultat de l’élection présidentielle », conclut l’ancien candidat à l’Elysée dans son communiqué.

 

Source : EUROPE 1



Tribune Municipale de Jacky Vassard – Louviers Bleu Marine – Mai / Juin 2016

Jacky Vassard – Louviers Bleu Marine

 

13vassard   Arrivant de concert avec le printemps, les subventions illégitimes ont fleuri bien vite dans les dernières délibérations du conseil municipal avec par exemple 2400 euros proposés aux syndicats. En effet, le système ultralibéral a tout intérêt à faire survivre ces structures moribondes pour donner l’illusion d’un dialogue social devenu inutile face aux mesures européennes inflexibles. Nous répétons que l’argent public ne doit pas servir à financer ces organismes politisés et donc partisans.

   Notons également 5900 euros destinés à l’aide internationale, puisque puiser dans la poche des Français est devenu une habitude pour ces projets qui ne les servent pourtant pas.

   L’équipe municipale actuelle, qui insiste sur la notion d’économie, n’hésite pas non plus à débloquer 25930 euros pour participer à un projet d’étude d’une nouvelle ligne ferroviaire, projet dont l’utilité est remise en cause par de nombreux élus (et par les usagers eux-mêmes). La délibération, qui a été adoptée à la Case (le financement total – 139200 euros HT – se partageant sur trois communautés d’agglomération et le département) pourrait donc alimenter un projet non seulement inutile mais que personne ne verra avant une cinquantaine d’années.

   Enfin, le dogme multiculturaliste, lui, ne connaît pas de saison puisqu’une mosquée kurde va être construite à Val-de Reuil, sur le principe que chaque groupe doit pouvoir bénéficier de sa construction spécifique… D’un coût total de 700000 euros, nous ne nous poserons même pas la question de savoir qui va financer ce magnifique projet, lassés de trop bien connaître la réponse au vu de chantiers similaires. Si les activités industrielles étaient aidées avec le même zèle que le sont les mosquées, l’emploi s’en porterait mieux !

Jacky Vassard – conseiller municipal – Liste Louviers Bleu Marine



Intéressante lettre ouverte à Manuel VALLS.

Manuel VALLS, habillé pour plusieurs saisons, par un patriote lucide, à l’attention de toutes et tous, en France : remarquable!

Eric LHULLIER Gatteville, le 23/03/2016
Ancien élève de l’Ecole Polytechnique
et de l’Ecole Nationale d’Administration
Ingénieur Général de l’Armement ( 2S )
6 Ter, Le Pavé 50760 Gatteville-le Phare

Monsieur Manuel VALLS, Premier Ministre
57 rue de Varenne 75007

Monsieur le Premier Ministre,

En tant que Premier Ministre, vous êtes, je pense, le principal artisan de la communication du Gouvernement. Je vais donc user de la liberté du courrier privé pour vous faire part de l’indignation que m’inspire la campagne intitulée « Tous unis contre la haine », consacrée à l’antiracisme. Ces vidéos, repassées ad nauseam sur les télévisions, sont ignobles, tant par l’image que par le commentaire, axé sur les crachats et le sang. Et odieuses, car elles visent à culpabiliser les Français dits de souche d’une manière scandaleusement injuste.
Leur premier objectif est l’islamophobie. Et on nous montre en particulier une séquence où trois Français, du genre skinhead probablement, agressent un Maghrébin isolé. C’est oublier que la quasi-totalité des agressions de ce type sont commises par des Maghrébins, de préférence en groupe, et que les victimes sont des Français de souche. Telle est la réalité, quotidienne et le plus souvent occultée. Et cette réalité va de l’insulte et des menaces usuelles à l’agression physique, voire au meurtre et aux massacres aveugles, comme au Bataclan ou à Bruxelles. Ces massacres sidèrent. Mais le meurtre isolé d’un retraité français intéresse moins les médias que la mort de racailles qui se sont cachées dans un poste EDF à haute tension.
Pour diluer un peu le problème, cette campagne s’attaque aussi à l’antisémitisme. Là aussi, c’est oublier que la quasi-totalité des actes antisémites commis en France sont le fait de Musulmans. Dont vous avez d’ailleurs si longtemps pris le parti au temps où, comme maire d’Evry, vous étiez un fervent défenseur de la cause palestinienne, avec l’antisionisme tangentant l’antisémitisme que cela implique.
Cette campagne est couplée avec une « grande enquête », confiée à une société spécialisée dans les opérations de « testing ». Cette enquête a pour but de savoir si les gens qui portent un nom arabe sont discriminés à l’embauche. Il était parfaitement inutile de mettre le contribuable à contribution pour cela. N’importe qui vous aurait apporté gratuitement la réponse. Et cette réponse est évidemment OUI. La question intéressante était de savoir pourquoi, et, éventuellement, comment y remédier. Le pourquoi est évidemment la méfiance qu’ils suscitent. Et cette méfiance est indépendante de ce que la pensée unique veut ramener à la peur. Ce qui « pourrit » la vie ne fait pas nécessairement peur. Or le patron qui envisage d’embaucher un de ces nouveaux Français sait qu’il multiplie ses chances d’aller au devant de complications : revendications religieuses ( auxquelles la loi El Khomry ouvre grand la porte ), récriminations de toute sorte, difficultés relationnelles avec les « de souche », voire attentats en interne ( AZF Toulouse ? ), le tout justifié par le soupçon de racisme et la victimisation qui en découle. Ce qui suscite cette méfiance est objectif et relève de la vie de tous les jours, sans qu’il soit besoin d’évoquer des choses qui pourraient évidemment faire peur, comme la décapitation d’un patron. On peut aussi aller plus loin et se demander la raison de ces conduites qui provoquent la méfiance des « Gaulois ». Et là, tout s’éclaire : c’est de notre faute ! Je ne fais pas là de l’humour, Monsieur le Premier Ministre. C’est notre faute, car nous sommes coupables de ne pas les aimer suffisamment et, très logiquement, ils réagissent en étant revendicatifs, voire agressifs, éventuellement violents et in fine meurtriers. C’est notre faute ! J’en conviens en battant ma coulpe. Mais c’est aussi notre droit ! Nous avons le droit de ne pas les aimer, ou plus exactement de ne pas aimer qu‘ils s‘installent en grand nombre sur notre territoire, y prolifèrent, en dénaturent l’identité, y révèrent leur livre saint, le Coran, qui est un torrent fou d’appels au meurtre des infidèles que nous sommes, et attendent, paisiblement et en faisant beaucoup d’enfants ou dans la violence du célibat djihadiste, de nous imposer la loi de leur future majorité. Et ce droit de ne pas les aimer et de ne pas vouloir de leur présence envahissante est légitime, même si l’expression publique de tels sentiments est illégale et si le seul credo qui ait droit de cité dans notre République masochiste est la sacro-sainte « intégration ». Je ne sais même pas si j’ai le droit de penser ( sans même le dire… ) que, si j’avais une fille à marier, je préfèrerais qu’elle me donne des petits-enfants avec un grand blond de type nordique, doté d’un QI de 150, plutôt qu’avec un petit brun au QI de 70 et de type méditerranéen, expression policière que j’ai toujours trouvée bizarre car elle ne fait pas de distinction entre les habitants des rives Nord et Sud de la Méditerranée. En effet, cette opinion peut être taxée de racisme. Or, comme la propagande officielle nous le serine, « Le racisme n’est pas une opinion, mais un délit ». A ce compte, les tribunaux risquent de crouler sous les dossiers de futurs beaux-pères ! Mais les Espagnols, que vous devez très bien comprendre, aimaient ils les Maures…. qu’ils ont mis sept siècles à chasser de chez eux ? Et aurait-il été souhaitable de les « rééduquer » pour qu’ils les aiment ? Je ne le crois pas. C’est pourtant ce que vous êtes en train d’essayer de faire avec la France. Mais je dois à la vérité de dire que vous n’êtes pas le premier dans cette voie, où la droite que j’appelle collabo est aussi zélée que la gauche dite caviar.
Vous serez certainement choqué par ce vocable de gauche caviar, car l‘image que vous souhaitez donner de vous est celle du fils de pauvres Républicains espagnols fuyant la dictature franquiste. Et je reconnais que vous pouvez donner le change, car votre style est fait de hargne, contrairement à l’élégance nonchalante d’un Fabius, qui propose une version moins virulente de cette gauche caviar. Mais votre hargne n’est pas celle du prolétaire, c’est celle de l’imposteur. Vous n’êtes pas un fils de pauvre. Votre famille est constituée, côté paternel, de riches banquiers espagnols franquistes et, côté maternel, de marchands d’art et de colons italiens ayant fait fortune en Afrique. On ne peut donc pas dire que le manque de moyens de vos parents vous a empêché de faire des études un peu difficiles.
La France vous a, me semble t’il, extraordinairement bien traité. Alors pourquoi, en y implantant à toute force des populations du Tiers-Monde, votre nouvel électorat depuis que les classes populaires ont quitté le PS, en faites vous un objet de raillerie et de mépris de la part des étrangers qui ont le respect d’eux-mêmes ? Georges Marchais, Paul Mercieca, vieux Communistes qui aimaient leur Peuple et s‘opposaient à l‘immigration, revenez, les social-traitres sont devenus fous ! Pourquoi cette outrecuidance qui vous pousse à nous asséner continuellement des leçons de civilisation française et de valeurs républicaines et droitsdel‘hommistes qui sont devenues en réalité les outils de notre déclin, puis de notre destruction ? Comment osez-vous, dans un accès de rage démente, insulter Marion Maréchal-Le Pen à la tribune de l’Assemblée en lui disant qu’elle n’est pas la France, elle dont l’ADN incarne depuis toujours la France que nous aimons, alors que vous ne représentez temporairement la France que par une fiction juridique, d‘ailleurs due à l‘électorat musulman. Et j’ajouterai, comment Madame Hidalgo ose t’elle abonder en ce sens en dénonçant à la radio la prétendue « stupidité » de Marion ? De quel droit et grâce à quels mérites ?
Et puisque j’évoque une Espagnole que la France a également très bien traitée, vous me permettrez de me demander quel effet ferait à ces fiers Espagnols le fait d’avoir un Premier Ministre français, une maire de Madrid française, un patron français de leur principal syndicat, et un Français comme présentateur vedette de la télévision publique, qui se conduiraient comme leurs homologues espagnols en France. Avec, notamment, un Premier Ministre insultant une jeune députée, icône de millions d’électeurs espagnols, à la tribune des Cortès. Je crois que l’idée est tellement loufoque qu’elle ne pourrait même pas les effleurer. Ou alors, ce serait pour dire « Qu’ils repassent de l’autre côté des Pyrénées et qu’ils y restent ». En pareil cas, les Français, que l’on dit arrogants mais qui se comportent bien souvent comme des paillassons ( leurs plus hautes autorités se disent, d’un air grave, en guerre, mais leurs ministres, dont notamment le plus concerné, celui de l‘Intérieur, continuent à jouer les bisounours et à débiter des fadaises comme des robots mécaniques ), n’hésiteraient pas à reconnaître que : « Les Espagnols sont meilleurs que nous ! ».
Veuillez agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de mes marques extérieures de respect.
 Source : Blog de Jean Marie Le Pen
http://www.jeanmarielepen.com/2016/04/lettre-ouverte-manuel-valls.html


Berlin propose des « emplois à 1 euro » de l’heure aux réfugiés

 

La mairie de Berlin propose aux réfugiés de se faire de l’argent de poche en plus de l’aide qu’ils perçoivent en travaillant dans les centres qui les hébergent.

L’Allemagne a vu arriver plus d’un million de réfugiés sur son territoire en 2015. Et rien que dans sa capitale, 43.000 d’entre eux ont élu domicile le temps que soit validé ou non leur demande d’asile. Organiser la mise à disposition de leur logement et leur apporter de quoi se nourrir nécessite une logistique bien huilée mais aussi des… bras. La mairie de Berlin a donc décidé de demander de l’aide à certains d’entre eux. Elle a ouvert 4.000 mini-postes d’intérêt général, rapporte Le Monde.

Sur la base du volontariat, des milliers de nouveaux arrivants travaillent donc dans les centres qui les hébergent. Ils aident à faire la cuisine, le ménage ou procèdent à de petits travaux d’entretien. En échange, ils reçoivent une rémunération de 1,05 euro de l’heure, en plus des 143 euros perçus d’office comme argent de poche à partir du moment où ils sont enregistrés auprès des services de l’Etat. S’ils font le choix de ce petit boulot, ils doivent travailler au minimum 20 heures par mois et au maximum 80 heures.

Favoriser l’insertion professionnelle

Bien entendu, cette rémunération est très inférieure au salaire minimum légal de 8,5 euros de l’heure en vigueur outre-Rhin depuis un peu plus d’un an. Ce ne sont pas des emplois permettant de trouver une indépendance financière immédiate. L’objectif n’est pas là. Il s’agit plutôt d’une compensation financière offerte à des personnes prêtes à s’engager personnellement pour faire face aux besoins massifs de leurs pairs, tout en permettant à ces migrants d’acquérir une première expérience qui facilitera leur insertion professionnelle ultérieure. C’est aussi un moyen de combattre l’ennui dont se plaignent certains, rapporte Le Monde. Ces emplois doivent être temporaires et les réfugiés formés si besoin.

Comment ces petits emplois peuvent-ils être néanmoins autorisés dans un pays ayant institué un salaire minimum? Tout simplement parce que le dispositif existe déjà et s’applique aux Allemands eux-mêmes. La mairie berlinoise s’appuie sur la loi Hartz IV adoptée en janvier 2005 quand le social-démocrate Gerhard Schröder était aux commandes du pays. Depuis cette date, les chômeurs de plus d’un an bénéficiaire d’une aide sociale sont obligés d’accepter des « minis-jobs » et des « emplois à 1 euro » dans des communes ou associations, au service de l’intérêt général. Ils travaillent donc, dans la limite de 15 à 30 heures par semaine, leur rémunération étant exonérée de cotisations sociales.

Objectif: 100.000 emplois d’intérêt général

Le dispositif a donc été étendu aux migrants qui le souhaitent. Cette première expérience va permettre de tester le dispositif. A terme, la ministre allemande du Travail et des Affaires sociales Andrea Nahles espère créer, dans tous le pays, 100.000 emplois d’intérêt général réservés aux réfugiés. Un objectif qui semble très réaliste. A ce jour à Berlin, « il y a souvent plus de volontaires que de postes proposés », assure le quotidien du soir.

 

 

source : http://bfmbusiness.bfmtv.com/monde/berlin-propose-des-emplois-a-1-euro-de-l-heure-aux-refugies-963648.html



Derniers commentaires

Articles récents

Conseil régional de Normandie : Le FN et le groupe Normandie Bleu Marine dénoncent l’enfumage réalisé par Hervé Morin

Conseil régional de Normandie: Timothée Houssin et le groupe Normandie Bleu Marine dénoncent l’enfumage réalisé par Hervé Morin

PAR TIMOTHEE HOUSSIN · 29 JANVIER 2016

 

 

Ludovic LARUE : 

Le maire de Louviers demande au Front National de reverser leurs indemnités d’élu dans les caisses de la région ….
Je demande que lui et la case s’expliquent (puisqu’il en est le vice président) sur les 300 000 euros (au lieu des 10 000 l’an passé) attribué a Bamako au Bénin (délibération que notre conseiller Jacky Vassard avait bien sûr dénoncée), et le cas échéant a reverser cette somme a la région pour favoriser les Haut Normands !  (voir fin d’article)

 

Conseil régional de Normandie. Les coulisses de la « non augmentation » des élus

Les élus ont décidé de ne pas appliquer la hausse (mécanique) des indemnités liée à la réunification de la Normandie. En revanche, pas de baisse pour le président, Hervé Morin.

Les élus de la nouvelle Région Normandie se sont réunis pour leur deuxième assemblée plénière, jeudi 28 janvier 2016, dans l’ex-Hôtel de Région Haute-Normandie, à Rouen (Seine-Maritime). Ils ont notamment voté le montant des indemnités des élus.
Lors de son discours d’investiture, Hervé Morin (UDI), nouveau président de la Région, avait annoncé que les indemnités des conseillers régionaux baisseraient de 40% par rapport au plafond légal.

La réalité est plus subtile. En fait, les élus renoncent à l’augmentation de 40% qu’ils auraient pu toucher. Les indemnités des conseillers étant calculées en fonction du nombre d’habitants, la réunification de la Normandie entraînait une hausse mécanique de 40%. Mais ils continueront donc à toucher 1 900 euros, comme leurs prédécesseurs, et non les 2 600 auxquels ils auraient pu prétendre.
En revanche, les indemnités des présidents de Région sont fixées différemment : le même montant pour toutes les Régions. Hervé Morin, qui a pourtant demandé un geste à ses conseillers régionaux, conserve le montant maximum de l’indemnité à laquelle il peut prétendre : 5 512,13 euros bruts mensuels.

« Vous réalisez un véritable enfumage ! »

Dans l’opposition, le Front national, par la voix de Timothée Houssin, a été le premier à réagir.

Vous avez annoncé une baisse des indemnités de 40%, et une économie de 1,4 million d’euros. Mais là, il n’y a pas une baisse de 40%, ce qui aurait donné un montant de 1 140 euros, et non 1 900. Il n’y a aucune baisse des indemnités. Certes, le montant maximum n’est pas appliqué, contrairement à ce qu’a décidé Valérie Pécresse (Île-de-France), ou Laurent Vauquiez (Auvergne-Rhône-Alpes). Vous avez réalisé un véritable enfumage, en faisant croire qu’une stagnation était équivalente à une diminution. Alors, où est l’économie de 1,4 million d’euros ? Quant à vous, Hervé Morin, vous maintenez votre indemnité au maximum. Vous cherchez à réaliser des économies dans les indemnités des conseillers, sauf la vôtre ! En conséquence, nous demandons à ce que que votre indemnité baisse de 28% par rapport au plafond légal.

La promesse faite par Hervé Morin après son élection comme président de la Normandie..jpg
La promesse faite par Hervé Morin après son élection comme président de la Normandie.

 

« Vous avez renoncé à baisser votre indemnité. C’est humain… »

Du côté des socialistes, Marc-Antoine Jamet, maire de Val-de-Reuil (Eure), a d’emblée annoncé que son groupe ne s’opposerait pas sur ce sujet. Mais l’élu eurois a pointé « cinq dangers », suscités par ce type de délibération : « démagogie, insuffisance, insignifiance, faible efficacité et inexactitude ». « Avec ce genre de délibération, le risque est de tomber dans le populisme », a-t-il estimé.
Puis, à propos de « l’inexactitude » :

Vous avez dit 40% de baisse. Le problème est que c’est faux. Une non dépense n’est pas une baisse. Là, il n’y a pas le moindre commencement d’une économie. Et votre propre indemnité de président, vous avez renoncé à la faire baisser. Elle n’a pas baissé de 40%, mais c’est humain…

« La campagne est terminée »

Chez les Verts, Claude Taleb a surtout voulu « alerter ses collègues », sur les périls d’un tel débat :

Je souhaite mettre en garde l’assemblée. Quand on parle de coût des élus, nous sommes sur une pente dangereuse. On entend trop souvent des propos, de la part du FN, des propos qui visent à discréditer les élus, et donc la démocratie. J’en appelle à tous, d’arrêter la démagogie. La campagne est terminée.

« Les indemnités restent les mêmes pour tout le monde »

Dans la majorité, c’est d’abord François-Xavier Priollaud, qui a défendu la proposition faite par son camp :

Jusqu’à présent, en Haute-Normandie, les indemnités étaient au maximum légal. La continuité aurait été de maintenir ce niveau maximum, malgré le changement de strate. Mais un choix fort a été fait : pas d’augmentation des dépenses. Nous restons donc au montant antérieur.

Le maire de Louviers  s’est ensuite adressé directement aux élus frontistes. « Vous voulez apparaître comme les chevaliers blancs. Eh bien, reversez vos indemnités au budget de la Région ! » Concluant le débat, Hervé Morin a résumé sa position d’une phrase :

J’observe une seule chose. Les indemnités restent les mêmes pour toutes les strates, du conseiller au président.

Le groupe FN a voté contre ce rapport, les élus de gauche se sont abstenus, et les élus de droite et du centre l’ont bien évidemment approuvé.

 

 

Source: www.normandie-actu.fr


GAILLON : Grève à PIPELIFE

Gaillon/Aubevoye [Social] Licenciements, grève et inquiétude sur l’avenir de Pipelife En 2011, la cession de l’usine Alphacan de Gaillon à son concurrent et voisin Pipelife laissait présager des lendemains douloureux pour certains emplois en doublon.

PIPELIFE-11

Cinq ans plus tard, l’incertitude demeure pour Pipelife :

Ils étaient en grève ce mardi. Le regroupement s’était déjà traduit l’an dernier par la suppression de sept emplois du service comptabilité. À nouveau, en ce début d’année, la direction de Pipelife a convoqué un comité d’entreprise extraordinaire au cours duquel elle a annoncé la fermeture du site de Déols-Châteauroux dans l’Indre. Ce dernier assure l’emploi de 52 salariés, autres licenciements programmés, ceux de 12 personnes du site de Gaillon/Aubevoye qui emploie 138 salariés.

Les postes concernés seraient cinq employés de maintenance, des personnels liés à l’informatique, la sécurité et des commerciaux assurant les suivis auprès de clients. La réaction n’a pas tardé, mardi 19 janvier dès 5 heures du matin, le personnel s’est mis en grève, mouvement suivi à 90 % notamment par le personnel administratif. Un conflit qui affecte la livraison des productions. « Nous allons récupérer six machines de l’usine de Déols » dénoncent les responsables syndicaux FO. « Plus de machines, moins de personnel de maintenance. Depuis plus de deux ans, on n’arrête pas d’interpeller la direction sur le fait qu’on est en sous-effectif au niveau maintenance de l’usine. On fait appel à de la sous-traitance. Aujourd’hui, on nous annonce les suppressions de cinq emplois de maintenance, on se demande comment , nous allons pouvoir gérer notre travail. De plus, ce problème déjà actuel de sous-effectif nous empêche de mettre en place une politique de maintenance préventive pour éviter les pannes ».

L’avenir incertain de Gaillon-Aubevoye

Les délégués soulignent une autre incohérence de la direction générale, dénonçant le manque de politique industrielle de Pipelife. « Le manque d’investissements empêche de satisfaire les besoins en matière de production de P.E. Alors que le bassin est de 55 000 tonnes de tubes, nous en produisons 5 500 tonnes. Nos lignes de production nous obligeant à refuser des commandes. Plutôt que de dépenser 4 millions dans un plan de sauvegarde de l’emploi, il serait judicieux d’investir en matériel de production pour conserver l’emploi. À ces questions posées à la direction, on n’obtient pas de réponses ». Autre sujet d’inquiétude : que le travail des futurs licenciés soit dispatché sur le personnel restant. « C’est un challenge, nous dit la direction ». Les syndicalistes FO, demandent au groupe de donner les moyens à ceux qu’on veut licencier, afin de leur permettre de retrouver un emploi ou de favoriser leur mutation. « L’avenir du site nous inquiète, on ne sent pas le désir de voir pérenniser Gaillon-Aubevoye ».

Direction silencieuse : Mercredi, le travail au sein de l’entreprise avait repris. Une réunion était prévue ce jeudi à Châteauroux avec la direction générale. Interrogé par nos soins, le directeur du site de Gaillon-Aubevoye, Franck Wetischek nous a conseillé de prendre contact avec Murielle Lavi, directrice des ressources humaines, chargée de la communication. Cette dernière, contactée à plusieurs reprises, n’a pas répondu à nos sollicitations.

Pipelife en France : Pipelife-France appartient au groupe autrichien Wienerberger, leader mondial de la brique terre cuite et premier tuilier européen qui existe depuis 1819. Présent dans 30 pays, ses 204 usines emploient plus de 14 800 salariés. Le groupe est sorti l’an dernier d’un programme quinquennal de restructuration qui s’est traduit par la fermeture de 75 usines. Les responsables syndicaux évoquent un bénéfice l’an dernier de 375 millions d’euros.

 

source : http://www.limpartial-andelys.fr/2016/01/20/gaillon-aubevoye-licenciements-greve-et-inquietude-sur-l-avenir-de-pipelife/


FN : Nicolas BAY, le seul a pouvoir battre le PS

Pour une Normandie Bleu Marine

 

img031

 

img032


Résultat canton de Louviers, régionales 2015 Normandie

LOUVIERS : LE FN PROGRESSE ENCORE

Résultat canton de Louviers, régionales 2015 Normandie dans Programme

resultat Normandie

 Le Front National arrive en tête dans le canton de Louviers avec une bonne centaine de voix d’avance.

A Louviers comme depuis 2012 nous faisons encore des voix supplémentaires : 39 voix de plus par rapport aux départementales dans la villes,ou plus de 100 voix dans le canton.

Nous appelons tout les patriotes à venir amplifier notre score pour défendre une Normandie Bleu Marine

 

 

 

Articles plus anciens

Communiqué de presse de Nicolas Bay

dibi n'goran marc mondesir |
JEAN DUCHAMP |
Montrichard l'éternelle. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 9800so
| Polemika
| Tout Comprendre