Archives pour la catégorie emploi

GAILLON : Grève à PIPELIFE

Gaillon/Aubevoye [Social] Licenciements, grève et inquiétude sur l’avenir de Pipelife En 2011, la cession de l’usine Alphacan de Gaillon à son concurrent et voisin Pipelife laissait présager des lendemains douloureux pour certains emplois en doublon.

PIPELIFE-11

Cinq ans plus tard, l’incertitude demeure pour Pipelife :

Ils étaient en grève ce mardi. Le regroupement s’était déjà traduit l’an dernier par la suppression de sept emplois du service comptabilité. À nouveau, en ce début d’année, la direction de Pipelife a convoqué un comité d’entreprise extraordinaire au cours duquel elle a annoncé la fermeture du site de Déols-Châteauroux dans l’Indre. Ce dernier assure l’emploi de 52 salariés, autres licenciements programmés, ceux de 12 personnes du site de Gaillon/Aubevoye qui emploie 138 salariés.

Les postes concernés seraient cinq employés de maintenance, des personnels liés à l’informatique, la sécurité et des commerciaux assurant les suivis auprès de clients. La réaction n’a pas tardé, mardi 19 janvier dès 5 heures du matin, le personnel s’est mis en grève, mouvement suivi à 90 % notamment par le personnel administratif. Un conflit qui affecte la livraison des productions. « Nous allons récupérer six machines de l’usine de Déols » dénoncent les responsables syndicaux FO. « Plus de machines, moins de personnel de maintenance. Depuis plus de deux ans, on n’arrête pas d’interpeller la direction sur le fait qu’on est en sous-effectif au niveau maintenance de l’usine. On fait appel à de la sous-traitance. Aujourd’hui, on nous annonce les suppressions de cinq emplois de maintenance, on se demande comment , nous allons pouvoir gérer notre travail. De plus, ce problème déjà actuel de sous-effectif nous empêche de mettre en place une politique de maintenance préventive pour éviter les pannes ».

L’avenir incertain de Gaillon-Aubevoye

Les délégués soulignent une autre incohérence de la direction générale, dénonçant le manque de politique industrielle de Pipelife. « Le manque d’investissements empêche de satisfaire les besoins en matière de production de P.E. Alors que le bassin est de 55 000 tonnes de tubes, nous en produisons 5 500 tonnes. Nos lignes de production nous obligeant à refuser des commandes. Plutôt que de dépenser 4 millions dans un plan de sauvegarde de l’emploi, il serait judicieux d’investir en matériel de production pour conserver l’emploi. À ces questions posées à la direction, on n’obtient pas de réponses ». Autre sujet d’inquiétude : que le travail des futurs licenciés soit dispatché sur le personnel restant. « C’est un challenge, nous dit la direction ». Les syndicalistes FO, demandent au groupe de donner les moyens à ceux qu’on veut licencier, afin de leur permettre de retrouver un emploi ou de favoriser leur mutation. « L’avenir du site nous inquiète, on ne sent pas le désir de voir pérenniser Gaillon-Aubevoye ».

Direction silencieuse : Mercredi, le travail au sein de l’entreprise avait repris. Une réunion était prévue ce jeudi à Châteauroux avec la direction générale. Interrogé par nos soins, le directeur du site de Gaillon-Aubevoye, Franck Wetischek nous a conseillé de prendre contact avec Murielle Lavi, directrice des ressources humaines, chargée de la communication. Cette dernière, contactée à plusieurs reprises, n’a pas répondu à nos sollicitations.

Pipelife en France : Pipelife-France appartient au groupe autrichien Wienerberger, leader mondial de la brique terre cuite et premier tuilier européen qui existe depuis 1819. Présent dans 30 pays, ses 204 usines emploient plus de 14 800 salariés. Le groupe est sorti l’an dernier d’un programme quinquennal de restructuration qui s’est traduit par la fermeture de 75 usines. Les responsables syndicaux évoquent un bénéfice l’an dernier de 375 millions d’euros.

 

source : http://www.limpartial-andelys.fr/2016/01/20/gaillon-aubevoye-licenciements-greve-et-inquietude-sur-l-avenir-de-pipelife/

Emploi : si on réglait les causes ?

_1896262_orig

 

L’éventualité de la fermeture de la Maison de l’Emploi et de la Formation a généré de vives réactions au premier conseil de la C.A.S.E. du mois de septembre. L’association qui gère la structure perd ses subventions de l’Etat cette année, ce qui obligerait la communauté d’agglomérations de prendre à sa charge le maintien de cette aide, sans quoi la MEF disparaitrait. La droite, qui propose donc de ne pas assurer la continuité de la structure, reçut en réponse des réactions indignées de certains élus de gauche, toujours prompts à verser une larme de crocodile quand la réalité de la situation bouleverse leurs visions fantasmatiques. En effet, il est envisagé que les trois salariés de cette association soient réaffectés à un autre poste du service public et ne seront donc pas mis à la rue. Il se trouve également que la MEF, déjà en net déclin, ne recevait plus le public. Enfin, sa chute n’est que le résultat de l’empilement des structures, ce qui multiplie les frais de fonctionnement au détriment des grandes agences nationales comme Pole Emploi. Car même si leurs financements sont différents, certains oublient rapidement qu’il s’agit de l’argent public dans tous les cas, et que cet argent ne tombe pas du ciel. En tant qu’élu Front National à Louviers, je m’efforce de traquer les gaspillages et je continuerai à le faire.

 

Louviers : Européenne 2014

  • Score de Louviers pour les élections européennes :

    Front National : MARINE LE PEN : 27,43%
    Union pour un Mouvement Populaire : JÉRÔME LAVRILLEUX : 19,72%
    Union de la gauche (PS + PRG) : GILLES PARGNEAUX : 13,68%
    Union du centre (UDI+MODEM) : DOMINIQUE RIQUET : 10,19%
    Europe Ecologie Les verts : KARIMA DELLI : 9,58%

    Merci aux Lovériens !

    Nous sommes avec le Front National la seule formation politique à Louviers à avoir augmenté en nombre de voix pour la 3eme fois consécutive depuis les législatives :

    Législative 2012 : 814 voix (Julie BARBIER) 14,78%
    Municipale 2014 : 975 voix (Ludovic LARUE) 16,71%
    Européenne 2014 : 1071 voix (Marine Le Pen) 25,43 %

    Le vote des Lovériens et des Français de ce dimanche se traduit par un rejet massif de la construction européenne ! Et pour preuve, les candidats du système qui défendent l’Europe (qu’ils ont construite) n’auront pas réussi à rassembler leur électorat !
    Je me félicite pour l’avenir de Louviers et je note également la percée de Pont de L’Arche (33%), et de Val de Reuil (28%), qui demain seront évidement, avec Louviers, le centre de la vie politique locale !
    A défaut de se faire entendre dans les urnes, les émissaires malheureux de l’UMPS se font tribuns de foire en plein conseil municipal en ce 26 mai, s’échangeant des invectives sous les yeux consternés des Lovériens, au lieu de mesurer la responsabilité de leurs partis respectifs.

    Oui, dimanche, le peuple a exprimé son opposition, et c’est tant mieux. Bravo Louviers !

 

 

 

2014

Bouygues Télécom : le gouvernement doit dire la vérité et agir maintenant !

Communiqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

dsc001Les salariés de Bouygues Télécom ne doivent pas être pris en otage par le calendrier électoral et les petits calculs politiciens du pouvoir. Ils ont le droit de savoir si les informations sur une réduction massive des effectifs, de l’ordre de 2000 personnes sur 9000, sont exactes ou non.

Nous demandons au groupe Bouygues Télécom de dire dès aujourd’hui ce qu’il en est précisément, et au gouvernement de Messieurs Montebourg et Valls de prendre ses responsabilités en exigeant la transparence. Il est parfaitement immoral et inefficace que le gouvernement repousse à l’après-élection européenne l’annonce d’informations capitales qu’il a déjà en sa possession.
Il devrait au contraire être aux côtés des salariés du groupe et travailler dès maintenant à une solution alternative plus respectueuse de l’emploi.

Destruction d’emplois chez Schneider (Le Petit-Quevilly) : 231 familles sur le carreau !

Destruction d’emplois chez Shneider (Le Petit-Quevilly) : 231 familles sur le carreau !

Communiqué de presse de Jacques GAILLARD, Secrétaire Départemental adjoint FN 76

Le directeur du site Schneider de Petit-Quevilly dénonce « la baisse de la demande et la concurrence accrue de transformateurs fabriqués dans les pays à bas coût »… Une fois de plus, le dogme bruxellois de la « concurrence libre et non faussée » est à l’origine de la destruction de 231 emplois industriels. Le Front National apporte son soutien aux salariés concernés. Les responsables politiques de l’UMPS et leurs relais locaux, MM. Fabius, Bourguignon et Sanchez ainsi que Mme Pane, sont des euro-mondialistes convaincus et sont directement coupables des délocalisations, du chômage et du saccage social qui résultent de l’ouverture totale des frontières.

Depuis des années, le FN propose des solutions concrètes :
– rétablir un protectionnisme intelligent ;
– refuser les oukazes de Bruxelles ;
– retrouver notre indépendance et notre liberté d’action économique.

Dans quelques mois, le Front National sera présent aux élections municipales et européennes pour permettre aux citoyens de la rive gauche de Rouen de sanctionner dans les urnes les apprentis sorciers qui créent le chômage, ruinent les familles et désespèrent la jeunesse française !

A Louviers et en France : les librairies se meurent dans l’indifférence : Merci Hollande !

Communiqué de Karim Ouchikh, conseiller de Marine Le Pen à la Culture, à la Francophonie et à la Liberté d’expression Président exécutif du SIEL

A Louviers et en France : les librairies se meurent dans l’indifférence : Merci Hollande ! dans Culture librairie-300x192

Le fonds d’investissement américain NAJAFI, propriétaire du réseau de librairies Chapitre, représentant 1.200 salariés, a décidé de fermer définitivement 12 des 57 établissements qu’il possède en France. Parmi les fermetures programmées par sa direction française, ACTISSIA, celles de Boulogne-sur-Mer ou de Lyon, mais aussi celle de Grenoble où les 45 employés de la librairie Arthaud menacés de licenciements se sont mis récemment en grève.

Prise à courte vue dans le secret des délibérations de conseils d’administration siégeant outre-Atlantique, motivée par les seuls impératifs de rentabilité financière, cette décision mercantiliste sacrifie à terme 220 salariés et condamne l’un des réseaux de librairies les plus florissants de l’Hexagone. A Paris, Aurélie Filippetti se tait, contredisant par sa passivité coutumière le volontarisme économique apparent affiché habilement par son collègue au gouvernement, Arnaud Montebourg…

Alors que les librairies de nos quartiers affrontent avec peine ses concurrents de la vente en ligne, au premier rang desquels le géant américain Amazon, dans un marché du commerce des livres en constante régression, le ministère de la Culture et de la Communication se distingue aujourd’hui par sa regrettable apathie politique. En apportant un soutien sans faille aux salariés du réseau Chapitre, aujourd’hui en lutte contre leur actionnaire américain, Marine Le Pen et le Rassemblement Bleu Marine invitent la rue de Valois à prendre enfin conscience de la nécessité d’assurer la survie des librairies indépendantes, sans lesquelles toute politique de préservation et de transmission de la culture et du savoir en France serait à coup sûr orpheline d’un acteur de référence. A l’heure du tout numérique, notre pays ne peut faire l’économie d’une politique volontariste, conçue à l’échelle nationale, qui combinerait durablement les aides fiscales ciblées aux plans de sauvegarde régionaux, sans autrement négliger au surplus la suppression de la remise maximale de 5 % pratiquée depuis la loi Lang de 1981, largement souhaitée par la profession. Plus que jamais, une évidence doit s’imposer à tous : sauver les librairies, c’est aussi sauver la culture.

34000 postes seront supprimé à la Défense d’ici 2019 !

Des milliers de postes seront supprimé

 

34000 postes seront supprimé à la Défense d'ici 2019 ! dans Economie defense-soldats-francais-34000-postes-supprimes-avant-2019

 

Remis lundi 29 avril à François Hollande, le « Livre Blanc  de la Défense » prône la suppression de 24.000 postes supplémentaires d’ici à 2019. Des coupes qui s’ajoutent à celles déjà prévues ce qui porterait à 34 000 les suppressions de postes avant 2019. La loi de programmation militaire (LPM) sera examinée à l’automne par le Parlement.

Le « Livre blanc de la Défense », qui définit les priorités stratégiques de la France en termes de sécurité nationale, a été remis lundi 29 avril à François Hollande. Il prône la suppression de 24.000 postes supplémentaires d’ici à 2019. Entre 2014 et 2019, ce sont au total 34.000 postes qui devraient être supprimés au ministère de la Défense sur un effectif total de quelque 280.000 personnels. En effet, 10.000 restent encore à supprimer au titre de la loi de programmation militaire de 2009, qui portait sur la période 2008-2015. Un dispositif d‘accompagnement social sera mis en place pour accompagner les réductions d’effectifs.

L’armée de terre – la plus nombreuse avec environ 130.000 militaires et civils – devrait être la plus touchée par ces nouvelles réductions d’effectifs qui devraient se traduire par la disparition de régiments et de bases militaires. L’armée de l’air devrait également être impactée. La loi de programmation militaire (LPM), examinée à l’automne par le Parlement, traduira ce Livre blanc en terme budgétaire et détaillera les unités et les implantations touchées.

Le deuxième budget militaire de l’Union Européenne

Fin mars sur France 2, François Hollande avait confirmé son souhait de « sanctuariser » le budget de la Défense au moins jusqu’en 2019. « Nous dépenserons en 2014 exactement le même montant qu’en 2013″, avait alors déclaré le président français. Selon le Livre blanc, la France va maintenir un effort significatif en matière de défense avec 364 milliards d’euros de crédits qui lui seront consacrés entre 2014 et 2025, dont 179,2 milliards entre 2014 et 2019.

Les dépenses de défense doivent dans un premier temps être stabilisées en valeur (sans tenir compte du montant de l’inflation), autour de 31,4 milliards d’euros par an, avant de remonter progressivement. La France devrait ainsi conserver le deuxième budget militaire de l’Union européenne, derrière celui de la Grande-Bretagne.

Le budget de la Défense compte pour environ 11% du budget de l’Etat, soit l’un des tout premiers postes de dépenses avec l’Education.

Les jeunes travailleurs doivent laisser la place aux demandeurs d’asile

LAON (02). Douze personnes hébergées au Foyer jeunes travailleurs de Clacy ont un mois pour quitter les lieux. Motif : ils doivent faire de la place pour les demandeurs d’asile.

Les jeunes travailleurs doivent laisser la place aux demandeurs d'asile dans Campagnes 1078811163_140841721

ILS affichent un sourire de façade mais en réalité, le cœur n’est pas à la fête pour Laurent et ses copains du Foyer jeunes travailleurs (FJT) de Clacy-et-Thierret. « La plupart d’entre nous ne sont pas là par choix, mais nous sommes bien contents d’avoir un toit sur la tête. Malheureusement, cela ne va pas durer… », lâche-t-il amèrement. Les douze locataires viennent d’apprendre qu‘ils devraient quitter les lieux le 1er août. « On a un mois pour faire nos cartons. On nous vire, nous qui payons notre loyer régulièrement, parce qu‘il faut faire de la place pour une trentaine de demandeurs d’asile qui vont arriver. Et qui ne paieront rien, bien sûr. C’est dégueulasse ! » Cette situation alimente toutes leurs conversations, entre colère et inquiétude pour l’avenir. Certains avaient de toute façon prévu de partir. C’est le cas de Laurent, qui vient de trouver un appartement. Cela ne l’empêche pas de se sentir solidaire d’autres, comme Alan. Lui est presque sûr de finir à la rue. « Je viens de terminer mes études et je n’ai pas d’emploi pour le moment. Qu’est-ce que je vais devenir ? »

Une galère de plus

Kevin vient de décrocher un CDI. Il commence en septembre. Pas question pour lui de déménager. « Je vais m’accrocher à ce boulot, j’en ai besoin, tout comme j’ai besoin d’un logement. Je ne trouverai rien d’autre car il faudra que quelqu’un se porte caution et je n’ai personne. Le propriétaire voudra aussi trois fiches de paie et comme je commence seulement à travailler, c’est foutu pour moi », explique-t-il. L’association qui gère le FJT a beau leur avoir assuré qu’elle les aiderait à se reloger, ces jeunes n’en croient pas un mot. « C’est bien connu qu’on peut trouver un appartement à Laon en à peine un mois… », ricane Alan. « On m’a proposé une colocation. Je n’en ai vraiment pas envie, je tiens à mon intimité mais j’ai un peu l’impression que si je refuse, je n’aurai rien d’autre » se désole Johan. Michel, qui vient de terminer son Tour de France des compagnons, avait trouvé ici un point de chute en attendant d’entrer dans la vie active. « Quand on cherche du travail comme moi ou quand on est ici pour repartir du bon pied dans la vie, ça fout les boules de se faire virer comme des malpropres alors qu’on n’a rien à se reprocher. On a déjà bien galéré dans la vie alors on encaisse beaucoup de choses mais là, c’est trop. » Dans l’adversité, le petit groupe se serre les coudes, bien décidés qu’ils sont à résister « mais de manière pacifique », précisent-ils

 

Source : l’Ardennais

Louviers : Chômage à 18,6 %

Quand la population d’une ville baisse …

Le chômage augmente ….

A mon triste regret de vous annoncer un nouveau record dans notre ville de Louviers : un chômage à 18,6 % et une dette de 34 184 000 d’euros.

 

Encore une fois je ne peux supporter cette misère : Je l’ai tellement connue !

Nous méritons de vivre autrement !

 

Louviers : Chômage à 18,6 % dans emploi moi-198x300

oklahoma devasté !

oklahoma devasté !

Ludovic larue :  » Mon coeur et mes pensées s’en vont ce soir dans l’oklahoma »

    « Mes condoléances pour les victimes »

 

oklahoma devasté ! dans Actions sociales oklahoma-tornado-9

 

 

 

 

123

dibi n'goran marc mondesir |
JEAN DUCHAMP |
Montrichard l'éternelle. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 9800so
| Polemika
| Tout Comprendre